Contenu

Questions de l’intersyndical au DGAL : Télétravail et restauration collective (29 septembre 2020)

BMP - 209.5 ko



Monsieur le directeur général,

Télétravail exceptionnel (COVID)

Le circulaire premier ministre du 1er septembre 2020 rappelait que "l’État se doit d’être exemplaire dans la protection de la santé des agents [...]." La recours plus large au télétravail était une pratique qu’il convenait de continuer à favoriser.

De nombreux agents de la DGAL sont en attente de la validation de demandes de télétravail. Indépendamment du prétexte de l’organisation des services qui n’a pas prévalu quand il a fallu se confiner, la persistance de l’épidémie de la COVID 19 devait engager le MAA à répondre plus rapidement aux demandes de télétravail de ses agents.

Les organisations syndicales vous ont alerté sur le sujet lors du CTS DGAL du 17 septembre dernier.

Les agents comprennent que la MAA n’oppose pas de refus aux demandes de télétravail mais manifestement le circuit de validation est un véritable parcours du combattant. Que toutes les demandes de télétravail des agents de la DGAL nécessitent la validation de la secrétaire général nous parait anachronique.

Ne pourrait-on pas envisager de commencer le télétravail COVID dès validation par le supérieur hiérarchique ou au niveau sous-direction au maximum ?

Nous vous demandons que tous les agents dont la demande est recevable puisse bénéficier sans tarder du télétravail.

Télétravail régulier

Vous nous avez indiqué avoir validé, au niveau de la direction, toutes demandes de télétravail régulier qui vous avaient été transmises. A ce jour beaucoup d’agents n’ont toujours pas reçu leur décision de télétravail régulier faisant suite à la campagne de demandes de juillet.

Serait-il possible d’avoir un tableau de suivi des demandes de télétravail par sous-direction (nombre de demandes totales / acceptées / refusées, etc) ?

En effet, il serait regrettable que les demandes soient bloquées à un niveau inférieur à celui de la direction.

Pouvez-vous nous expliquer les raisons du retard de signature des décisions ?

Restauration collective

Depuis la fin de l’état d’urgence, les agents de la DGAL sont en attente d’une solution de restauration collective satisfaisante. La solution de Nord Pont n’est qu’une solution sur la papier qui ne rallie quasiment aucun agent de la DGAL. Néanmoins, elle permet, peut-être au MAA, de ne pas indemniser, sous la même forme qu’avant la fin de l’état d’urgence ou sous une autre (tickets restaurant), les agents de la DGAL.

Depuis bientôt 3 mois, les agents de la DGAL prennent en charge la totalité de leur frais de repas pris parfois à plusieurs dans les bureaux. Pour une direction de l’alimentation et dans un contexte COVID, ce n’est pas acceptable.

La solution du restaurant administratif de la DRIEA n’est toujours pas effective et ne sera peut-être pas satisfaisante en raison de son éloignement et des conditions d’accès (uniquement à partir de 13h).

Nous vous demandons donc conjointement avec le SG de travailler à une solution d’indemnisation des agents depuis la fin de l’état d’urgence jusqu’à la mise en place d’une solution pleinement satisfaisante.

Monsieur le directeur général, nous tenons à vous préciser que ce message est la synthèse d’une certaine colère et incompréhension que nous expriment les agents de la DGAL.

Dans l’attente de vos informations en retour,

Bien cordialement


Les représentants syndicaux du CTS DGAL

BMP - 209.5 ko