Accueil

Actualités

Sondage du SNTMA-FO du 03/04/2024.

Un groupe de travail (GT) s’est réuni en décembre dernier, portant sur le réexamen, obligatoire a minima tous les 4 ans, de l’Indemnité de Fonctions, de Sujétions et d’Expertise (IFSE). Un bilan du Régime Indemnitaire tenant compte des Fonctions, des Sujétions, de l’Expertise et de l’Engagement Professionnel (RIFSEEP) pour les agents du MASA a été présenté à cette occasion.

Il nous a été annoncé l’alignement des primes des TFR (technicien·ne·s formation recherche) et des SA (secrétaire administratif·ve·s) sur les celles des TSMA. Il n’a été question que de ces perspectives d’évolutions de l’IFSE, mais pour les TSMA, aucune revalorisation en perspective alors !

Pour mémoire, le décret n°2014-513 du 20 mai 2014 prévoit que le montant de l’IFSE « fait l’objet d’un réexamen au moins tous les quatre ans, en l’absence de changement de fonctions et au vu de l’expérience acquise par l’agent ».

Le 9 avril prochain, un nouveau GT "RIFSEEP" doit se réunir, sans qu’aucun document de travail, ni ordre du jour n’ait encore été fourni aux représentant·e·s du personnel !

Le SNTMA-FO veut être force de proposition lors de ce GT, pour cela nous sollicitons votre avis sur ce sujet essentiel qu’est notre rémunération à travers un sondage.

Prenez 5 minutes de votre temps pour répondre à notre sondage :

Revoyure du RIFSEEP en 2024 - Construisons ensemble nos doléances

Message d’information du SNTMA-FO du 29/02/2029.

Résumé : La campagne de mobilité générale "Printemps 2024" sera ouverte le 1er mars 2024 sur Agrimob. Les postes vacants ou susceptibles de l’être seront accessibles dès le 1er mars 2024 sur l’internet du MASA : https://recrutement.agriculture.gouv.fr

Le SNTMA-FO, a un droit d’évocation sur les dossiers de mobilité de ses membres, garantissant l’égalité de traitement des candidatures, la transparence, l’objectivité des choix et la traçabilité des décisions.

Le SNTMA-FO offre également un soutien aux TSMA dans leur démarche de mobilité, y compris des conseils pour le projet professionnel, la préparation du CV, de la lettre de motivation et de l’entretien.

La protection fonctionnelle est la protection due par l’administration à ses agents à raison de leurs fonctions. En tant qu’agent public, si vous êtes victime d’une agression ou que votre responsabilité civile ou pénale est mise en cause, en lien ou compte tenu de vos fonctions ou de votre qualité d’agent public, la collectivité publique doit vous protéger. C’est ce qui s’appelle la protection fonctionnelle.
DGAFP de mars 2024.

publié le vendredi 5 avril 2024

Communiqué de FO du 05/04/2024.

Contexte de la réunion du COR : Le Conseil d’orientation des retraites (COR) s’est réuni pour préparer le rapport annuel 2024.

Préoccupations de FO concernant les méthodes de travail : Force Ouvrière (FO) exprime des inquiétudes quant aux changements dans les méthodes de travail du COR. Ils estiment que ces changements transforment l’instance en un organisme préparant les esprits à de nouvelles réformes, plutôt qu’en un éclairage du débat public.

Opposition à la proposition de réduction des hypothèses de gains de productivité : FO s’oppose à la proposition de réduire la fourchette des hypothèses de gains de productivité. Ils craignent que cela n’ait des conséquences durables sur le système de retraite.

Proposition de compromis du président  : Après discussion, le président propose un compromis consistant à relever l’hypothèse des gains de productivité, mais uniquement pour le scénario de référence.

Réserve de FO quant au compromis proposé : FO réserve sa réponse à cette proposition de compromis, exprimant ainsi une certaine réserve ou opposition à cette approche.

publié le vendredi 5 avril 2024

Note portant principes directeurs et méthodologie pour le lancement d’une expérimentation de la semaine de 4 jours dans la fonction publique. Article de Weka du 02/04/2024


Lancement de l’expérimentation de la semaine de 4 jours : Le gouvernement français a récemment annoncé le lancement d’une expérimentation de la semaine de 4 jours dans la fonction publique, conformément à une enquête révélant que 70 % des Français sont favorables à cette mesure.

Encouragement du Premier ministre : Cette initiative intervient après l’annonce du Premier ministre, Gabriel Attal, en janvier 2024, qui a encouragé les ministères à mettre en place cette nouvelle modalité de travail.

Début de l’expérimentation dans les ministères : L’expérimentation, d’une durée d’au moins un an, débutera dans les ministères en avril-mai 2024, et se déroulera à effectifs constants, sans réduction du temps de travail légal de 1 607 heures par an.

Objectif de l’expérimentation : L’objectif principal est d’évaluer l’impact de ce nouveau temps de travail sur les conditions de travail des agents publics, tout en recherchant un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle.

Respect des dispositions réglementaires : Les dispositions réglementaires en matière de temps de travail seront respectées, avec la possibilité de tester différentes organisations hebdomadaires, telles que la semaine en 4 jours, en 4,5 jours ou une alternance entre les deux.

Mise en œuvre sur la base du volontariat : Cette expérimentation se déploiera sur la base du volontariat et sera réversible pour les services qui l’ont mise en œuvre.

Évaluation et bilan : Un bilan de son application sera dressé à l’été 2025, avec la participation des partenaires sociaux.

publié le jeudi 4 avril 2024

Compte-Rendu FO DDI du 03/04/2024

Compte-rendu de la Formation Spécialisée du réseau des DDI met en lumière plusieurs points saillants concernant la sécurité et la médecine de prévention dans le secteur.

Élection du secrétaire de la formation spécialisée : Conformément au règlement intérieur de l’instance, le secrétaire de la formation spécialisée a été élu pour une durée d’un an. La secrétaire sortante FO a été réélue pour une nouvelle année, conformément à cette pratique établie.

Protection des IPCSR et DPCSR  : Suite à des engagements pris par la direction de la sécurité routière, un plan d’actions a été élaboré pour assurer la protection et la sécurité des inspecteurs et délégués du permis de conduire, en réponse à une hausse des agressions constatée en 2023.

Suivi des signalements et demandes des membres de la formation spécialisée : Les signalements sur des problèmes locaux non résolus sont suivis par les services de la DRH, tandis que les demandes des représentants du personnel sont systématiquement abordées lors des instances compétentes.

Présentation du rapport de la mission inter-inspections des DDI portant sur la médecine de prévention. Le rapport, finalisé en juin 2022, soulève des recommandations nécessitant un véritable plan d’actions pour tous les acteurs de la prévention, notamment les médecins du travail et les assistants/conseillers de prévention.

Plan d’actions pour la protection des IPCSR et des DPCSR : Un plan d’actions a été mis en place pour prévenir, accompagner et suivre les agressions à l’encontre des inspecteurs et délégués du permis de conduire, incluant des mesures de sensibilisation, de formation et de sécurisation des centres d’examens.

Positions de FO : FO a activement participé à l’élaboration de ce plan d’actions et souligne l’importance de la formation continue des agents concernés. Des retours d’expérience sur l’efficacité des mesures mises en place sont également envisagés pour garantir la sécurité des travailleurs.

publié le jeudi 4 avril 2024

Compte-rendu de FO Agriculture du 04/04/2024 du CSA AC du 28/03/2024.

Résumé : L’analyse du courrier de l’intersyndicale à la secrétaire générale du 6 février 2024 met en lumière les préoccupations des agents de l’administration centrale. Ces préoccupations portent sur divers défis entravant leur bien-être et leur productivité au travail. Les organisations syndicales ont identifié ces difficultés et ont formulé des solutions concrètes pour améliorer les conditions de travail. De même, le secrétariat général du MASA propose ses propres initiatives visant à répondre aux besoins des agents et à favoriser un environnement de travail plus efficace et épanouissant.

Les doléances des agents concernent notamment la charge de travail excessive, le manque de temps, la suradministration et la bureaucratie, le stress et l’épuisement, le manque de reconnaissance, l’inadaptation aux outils numériques, ainsi que le manque de clarté et de visibilité des objectifs professionnels.

Les propositions des organisations syndicales se concentrent sur la prise en compte du bien-être des agents, de la réorganisation du travail, de la valorisation du travail accompli et de la simplification des procédures administratives.
De leur côté, les propositions du secrétariat général du MASA visent à s’adapter aux évolutions numériques, à optimiser l’utilisation de l’IA, à favoriser la communication et la reconnaissance, ainsi qu’à acter l’objectif de densification des espaces de travail en les réorganisant au mieux.

En conclusion, les propositions de l’administration pourraient offrir des perspectives pour améliorer les conditions de travail et le bien-être des agents de l’administration centrale. FO Agriculture restera vigilant quant à leur mise en œuvre et leur suivi, Une approche proactive et collaborative pourrait permettre de créer un environnement professionnel plus équilibré et épanouissant, répondant aux besoins et aux attentes des agents.

publié le jeudi 4 avril 2024

Compte-rendu de FO Agriculture du 04/04/2024 du groupe de travail du 03/04/2024.

Résumé : Dans le cadre de la préparation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 au sein du Ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté Alimentaire (MASA), des mesures sont prises pour garantir la continuité des services pendant les jeux, mobiliser les ressources humaines et maintenir le dialogue social. Les agents seront impactés de deux manières : directement, en étant impliqués dans les missions liées aux jeux, ou indirectement, en raison de leur affectation géographique proche des sites de compétition.

Des débats et des préoccupations sont exprimés par FO Agriculture concernant divers aspects de la mobilisation des agents, notamment les critères d’éligibilité à la prime, la gestion des agents impactés, les restrictions de congés et les primes associées, ainsi que les questions relatives à la garde d’enfants. Bien que le Service des Ressources Humaines (SRH) reconnaisse ces préoccupations, des zones d’incertitude persistent quant à la mise en œuvre des mesures et des garanties pour les agents.

publié le jeudi 4 avril 2024

Communiqué de FO du 29/03/2024.

Des finances publiques en dehors des prévisions : Les données de l’Insee pour l’année 2023 révèlent un déficit public plus élevé que prévu, atteignant 5,5% du PIB contre une prévision gouvernementale de 4,9%. Cette augmentation du déficit est principalement attribuée à une diminution des recettes qui surpasse celle des dépenses.

Un défi pour l’exécutif et la politique budgétaire : Cette situation met en lumière la difficulté de l’exécutif à maintenir la stabilité budgétaire, malgré ses efforts pour incarner le sérieux financier. La faiblesse des moteurs de la croissance économique française, tels que la consommation et l’investissement, impacte les recettes fiscales.

La responsabilité de la Sécurité sociale : La montée récente de l’endettement public est en grande partie imputable à la crise sanitaire et aux mesures prises pour contrer l’inflation. Le gouvernement partage également la responsabilité en ayant réduit les impôts, ce qui a contribué à la détérioration de la situation financière.

Conséquences sur le modèle social : Face à ce contexte économique difficile, le gouvernement envisage des coupes dans les dépenses sociales, y compris les indemnités journalières, les arrêts de travail et l’assurance chômage. Cependant, cela risque d’exacerber les problèmes économiques alors que la croissance ralentit et le chômage augmente.

publié le mercredi 3 avril 2024

Accord du 19 février 2024 concernant le télétravail au sein des directions départementales interministérielles

Principes fondamentaux du télétravail : Le télétravail est considéré comme un mode d’organisation du travail bénéfique tant pour les agents que pour l’administration, offrant une meilleure qualité de vie au travail et contribuant à l’inclusion. Il repose sur plusieurs principes, notamment le volontariat, l’alternance entre le travail sur site et le télétravail, la réversibilité et l’utilisation d’outils numériques.

Activités éligibles au télétravail : L’accord précise les activités pouvant être exercées en télétravail et exclut certaines activités de par leur nature. Il souligne également l’importance de maintenir l’égalité professionnelle, la santé et la sécurité des agents en télétravail.

Application de l’accord  : L’accord est applicable à tous les agents publics civils affectés dans les directions départementales interministérielles et peut être décliné au niveau local, sous réserve du respect des principes de l’accord ministériel.

publié le mercredi 3 avril 2024

Compte-rendu de FO Agriculture du 03/04/2024.

A RETENIR

Dialogue social, Crise et Contrôles Agricoles : Priorités et Engagements de la DGAl

Dialogue social et suivi des sujets à long terme au sein de l’instance de la DGAl : La DGAl s’engage à maintenir un dialogue social de qualité avec les représentants du personnel du réseau « Alimentation », en organisant des réunions régulières et en assurant une communication transparente. Elle reconnaît l’importance de répondre aux questions non traitées lors des séances et propose un suivi attentif des sujets co-identifiés avec les représentants du personnel, notamment en inscrivant en premier lieu au suivi le sujet des contrôles de conteneurs en SIVEP.

Point d’actualité sur la crise agricole : Suite à l’annonce du Premier ministre concernant la crise agricole, la DGAl souligne l’impact de cette situation sur l’administration centrale et les Directions Départementales Interministérielles (DDI). Le ministre exprime son soutien aux agents de contrôle et insiste sur l’importance de maintenir les opérations de contrôle, tout en prenant des précautions pour garantir la sécurité des agents sur le terrain. Une mission est également en cours pour évaluer les contrôles administratifs uniques.

FO Agriculture remarque que malgré l’annonce du soutien aux agents de contrôle, des problèmes persistent sur le terrain, notamment en termes de recrutement et de qualité des inspections. Elle appelle à une meilleure coordination entre les différents acteurs pour garantir la sécurité des agents et la bonne exécution des contrôles.

Police sanitaire unique (PSU) : Évaluation des Avancées et Défis à Surmonter : La DGAl met en place des actions concrètes en matière de recrutement et de formation pour renforcer ses effectifs et développer les compétences de ses agents. Elle déploie une offre de formation continue avec un focus sur les nouveaux domaines prioritaires pour les agents du MASA. En parallèle, des collaborations avec des start-ups d’État sont initiées pour adapter les systèmes d’information aux besoins des contrôles des délégataires. La mise en route progressive des délégations est en cours, avec quelques ajustements nécessaires pour harmoniser les pratiques.

FO Agriculture exprime des préoccupations concernant le manque d’éléments et de mesures correctives dans les rapports d’inspection des délégataires conduisant à des mises en demeure, et globalement le besoin urgent de formations complémentaires pour améliorer la qualité des inspections des délégataires. Elle souligne également une réalité plus complexe que celle présentée, mettant en lumière d’autres défauts des délégataires : recrutement, objectifs non atteints (absence d’inspection dans certains départements), communication et coordination avec les directions départementales interministérielles (DDI)...

Gestion des risques de contamination par des neurotoxiques dans les SIVEP : Après un accident grave survenu à Gonfreville, la DGAl systématise les mesures de prévention dans les SIVEP sur l’ensemble du territoire. Elle mandate un prestataire pour mesurer les taux de gaz dans les conteneurs et met en place des procédures rigoureuses en cas de non-conformité détectée. Un suivi régulier est assuré par l’Inspecteur de Santé, Sécurité au Travail (ISST) pour garantir la sécurité des agents.

FO Agriculture se satisfait des mesures prises pour prévenir les risques de contamination, mais exprime des préoccupations quant à la gestion des non-conformités et à la prise en charge des coûts par les transitaires. Ils appellent à une meilleure communication et coordination entre les parties prenantes pour garantir une intervention rapide et efficace.

Les Coulisses des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 (JOP 24) : Débats, Défis et Dilemmes : Le ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté Alimentaire s’engage à assurer la sécurité sanitaire et le bon déroulement des JOP 24 en mettant en place des plans d’action spécifiques. L’objectif est de prévenir les risques sanitaires alimentaires, assurer le bien-être animal et garantir une réactivité adéquate en cas d’incidents.

Les représentants du personnel expriment des préoccupations concernant les contraintes liées aux JOP 24. FO Agriculture exprime également ses préoccupations concernant l’organisation pratique du travail, la prise en charge des frais pour les parents de jeunes enfants... Elle demande une enveloppe spécifique pour les primes ad hoc et une indemnisation équitable et transparente. Elle insiste sur le fait que les indemnisations des agents pour leur participation ne doivent en aucun cas se faire au détriment des agents non mobilisés. FO Agriculture sera vigilante à ce sujet.

La DGAl assure que des mesures sociales sont en cours de finalisation, notamment en ce qui concerne la prime liée aux JOP 24. Elle reconnaît également la nécessité d’une meilleure communication et d’une organisation efficace pour garantir le bon déroulement des événements.

publié le mercredi 3 avril 2024

Article de l’INFO MILITANTE du 31/03/2024.

Un projet de loi en attente  : Annoncé par le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, le projet de loi Fonction publique a été confirmé par le président de la République et le Premier ministre, mais sa présentation à l’Assemblée a été repoussée de six mois. Depuis lors, aucune avancée n’a été signalée.

Une opposition et des attentes : Dès son annonce, FO s’est opposée à cette réforme, la voyant comme une nouvelle attaque contre le cadre statutaire des fonctionnaires. Le projet vise notamment à introduire la notion de mérite dans la rémunération des agents, ce qui soulève des inquiétudes au sein des syndicats.

Des contraintes budgétaires : La fonction publique est confrontée à des contraintes budgétaires croissantes, avec une réduction des dépenses publiques et un gel des crédits de l’État. Ces mesures limitent la marge de manœuvre du ministère de la Fonction publique pour discuter et mettre en œuvre des améliorations en matière de carrières et de rémunérations.

publié le mardi 2 avril 2024

Compte-rendu de FO Agriculture du comité social d’administration "Administration centrale" du 28/03/2024.

Résumé : Ce compte-rendu présente les résultats d’un baromètre social réalisé au sein du Ministère de l’Alimentation et de la Souveraineté Alimentaire (MASA) en 2023. Il souligne une baisse de la satisfaction globale et de la charge de travail adaptée, ainsi que des perceptions mitigées concernant les conditions de travail et la coopération interne. En revanche, il met en avant des relations de travail satisfaisantes, une bonne autonomie dans le travail, et une conciliation satisfaisante entre vie professionnelle et vie personnelle. Le texte évoque également des points d’amélioration concernant l’accompagnement RH et le niveau de connaissance des dispositifs d’aide. Les résultats indiquent une légère baisse de satisfaction par rapport à 2020, mais une amélioration dans la gestion du télétravail et une augmentation de la sensibilisation aux actes de violence et de harcèlement.

publié le vendredi 29 mars 2024
publié le vendredi 29 mars 2024

Compte-rendu de FO DDI de la présentation du rapport social unique (RSU) 2021 des DDI.

Déclin des Effectifs au Sein des DDI : Les effectifs des Directions Départementales Interministérielles (DDI) continuent de diminuer, avec seulement 26 553 agents au 31 décembre 2021, soit une baisse significative par rapport à près de 43 000 agents en 2010.

Conséquences des Réformes : La légère hausse des effectifs en 2021 est principalement due aux réformes telles que la création des SGC départementaux et la fusion des DDCS, DDCS-PP avec les UD DIRECCTE pour former les DDETS et DDETS-PP. Cependant, depuis 2010, les DDI ont perdu près de 40 % de leurs effectifs.

Tendance à la Baisse Persistante : Malgré les réformes, les effectifs des DDI continuent de diminuer, sans perspective d’inversion de cette tendance. Les ministères de la Transition Écologique et de l’Agriculture et de la Souveraineté Alimentaire sont particulièrement touchés par cette baisse.

Répartition Ministérielle : La création des DDETS et DDETS-PP entraîne une redistribution des effectifs ministériels, avec un recul du bloc DDT/DDTM et une légère hausse du bloc DDETS/DDETSPP et DDPP.

Analyse des Données : Les données montrent un net recul du bloc DDT/DDTM depuis 2011, avec une diminution du plafond d’emplois de plus de 24500 ETP à moins de 15000 depuis 2020.

publié le vendredi 29 mars 2024

Résolution du Comité Confédéral National de FO

Résolutions du Comité Confédéral National  : Le Comité Confédéral National Force Ouvrière, réuni à Chalon-sur-Saône les 27 et 28 mars 2024, réaffirme son engagement envers les résolutions du XXVème Congrès confédéral de juin 2022 à Rouen.

Engagement envers les travailleurs et la jeunesse : Le CCN souligne l’importance de convaincre davantage de travailleurs de rejoindre les syndicats FO, en mettant l’accent sur l’augmentation du nombre d’adhérents et d’implantations, notamment en ciblant la jeunesse dès leur entrée sur le marché du travail.

Condoléances et solidarité internationale : Le CCN exprime son désaccord avec la volonté présidentielle d’engager l’armée française en Ukraine et condamne toute politique d’économie de guerre. Il se solidarise avec les travailleurs russes et ukrainiens, tout en s’opposant à la surenchère d’armements.

Appels à la paix et à la libération : FO appelle à un cessez-le-feu immédiat et permanent à Gaza et en Ukraine, ainsi que dans d’autres régions du monde. Le CCN demande également la libération des otages et des prisonniers politiques à travers le monde.

Position sur les élections européennes : La confédération FO ne donnera aucune consigne de vote aux élections européennes à venir, mais porte un cahier revendicatif défendant les intérêts des travailleurs, notamment en s’opposant à certaines réformes économiques de l’Union Européenne.

Opposition à l’austérité et à la régression sociale : Le CCN condamne la politique d’austérité du gouvernement et demande des mesures pour développer l’emploi, augmenter les salaires et abroger la contre-réforme des retraites. Il s’oppose également à toute remise en cause des droits aux allocations chômage.

Revendications pour les travailleurs : FO réclame une augmentation générale des salaires, du point d’indice et des pensions, ainsi que des conditions favorables pour les travailleurs mobilisés lors des jeux olympiques et paralympiques. La confédération s’oppose également à toute remise en cause du droit de grève.

publié le vendredi 29 mars 2024

Dossier de l’INFO MILITANTE du 29/03/2024.

Austérité Générale  : L’article met en évidence une série de mesures, réformes et projets qui témoignent d’une politique d’austérité visant à réduire les dépenses publiques, malgré une conjoncture économique incertaine. L’objectif principal de l’exécutif est de ramener le déficit public en 2027 sous le seuil de 3 % du PIB, conformément au pacte européen de stabilité.

Attaques contre les Travailleurs : Les mesures d’austérité se traduisent par des attaques contre les droits des travailleurs, en particulier les demandeurs d’emploi et les seniors. Le paritarisme est également remis en question, compromettant la liberté de négocier des interlocuteurs sociaux et la gestion paritaire.

Projet de Loi sur la Fonction Publique : Le projet de loi sur la Fonction Publique vise à introduire la notion de "mérite" dans la rémunération des agents, ce qui est perçu comme une nouvelle attaque contre le cadre statutaire. Cependant, le manque de moyens financiers alloués à ce projet soulève des interrogations sur sa mise en œuvre.

Négociations sur l’Emploi des Seniors : Les négociations sur l’emploi des seniors sont au cœur des préoccupations, avec des objectifs gouvernementaux jugés irréalistes par les syndicats. Les propositions communes des syndicats visent à garantir des droits pour le maintien en emploi des seniors.

Réforme de l’Assurance Chômage : Une nouvelle réforme de l’Assurance Chômage est envisagée, suscitant des inquiétudes quant à la diminution des droits des chômeurs. Les leaders syndicaux s’opposent à cette réforme et défendent le paritarisme de gestion de l’Assurance Chômage.

Projet de Loi Pacte 2 : La loi Pacte 2, qui vise à simplifier la vie des entreprises, est perçue comme une nouvelle tentative de réduire les droits des salariés. Les propositions du gouvernement incluent des mesures telles que le relèvement des seuils d’effectifs pour les entreprises.

Conséquences des Coupes Budgétaires : Les coupes budgétaires affectent de nombreux secteurs, notamment la recherche, l’éducation, l’emploi, et l’environnement. Ces réductions de moyens risquent d’avoir un impact négatif sur les services publics et la cohésion sociale.

publié le vendredi 29 mars 2024

Déclaration liminaire de FO Agriculture au CSA Administration centrale du 28/03/2024

FO Agriculture exprime sa reconnaissance quant à l’abord des préoccupations soulevées par l’intersyndicale, notamment la surcharge de travail, la perte de sens au travail, de perspectives de carrière et d’attractivité en administration centrale.

Cependant, FO Agriculture émet des préoccupations concernant la qualité du dialogue social et la capacité à traiter efficacement tous ces sujets, ainsi que d’autres points à l’ordre du jour, en raison du temps limité des réunions, et plus généralement du nombre insuffisant de réunions du CSA-AC.

FO Agriculture sollicite une réponse de l’administration centrale à ces problématiques, soulignant l’importance d’un dialogue social de qualité pour répondre aux besoins des agents engagés dans les politiques publiques actuelles.

publié le jeudi 28 mars 2024

Le Premier ministre réunit son gouvernement ce mercredi pour un séminaire sur le travail. Au menu, l’incitation à la reprise d’emploi, la « désmicardisation » et les nouvelles formes d’emploi. Matignon promet des annonces sur l’assurance-chômage au « 20 heures » de TF1 mercredi soir.
Les Echos Par Alain Ruello, Isabelle Ficek

publié le jeudi 28 mars 2024

Article de l’INFO MILITANTE du 27/03/2024

Résumé :

L’article discute des récentes annonces gouvernementales concernant l’austérité budgétaire et ses implications sur les dépenses publiques et sociales en France.

Étendue des Ajustements Budgétaires : Le président de la République a évoqué la nécessité d’ajustements budgétaires supplémentaires, ciblant principalement les dépenses sociales et les collectivités locales. Des mesures d’austérité déjà adoptées s’ajoutent à cette stratégie, comprenant notamment une réduction de 16 milliards d’euros des dépenses publiques et un gel des crédits de l’État de 10 milliards d’euros pour l’année 2024.

Prévisions Économiques Contrastées : Malgré les prévisions économiques mitigées, avec une croissance réduite et un déficit public visant à être ramené sous le seuil de 3 % du PIB d’ici 2027, les projections budgétaires restent incertaines.

Réactions des Experts et des Autorités : L’OFCE met en garde contre le risque d’une "spirale d’austérité", soulignant les impacts négatifs sur le pouvoir d’achat. En contraste, la Cour des comptes préconise des réductions drastiques des dépenses publiques, ce qui pourrait affecter davantage la sécurité sociale et le pouvoir d’achat des citoyens.

Propositions de Taxation et de Réformes : Certains politiciens, comme la présidente de l’Assemblée nationale, suggèrent des mesures fiscales exceptionnelles sur les "superprofits" des grandes entreprises du CAC40. Cependant, le gouvernement semble résister à toute action fiscale significative.

Position de Force Ouvrière : Force Ouvrière s’oppose à ce que les travailleurs supportent les conséquences de l’austérité, tout en critiquant les politiques économiques favorables aux entreprises qui ne contribuent pas à atténuer la dette publique.

Conclusion  : Les débats autour des mesures d’austérité soulignent les tensions entre les priorités économiques, les besoins sociaux et la répartition des charges financières.

publié le jeudi 28 mars 2024

Article d’Acteurs Publics du 27/03/2024.

Résumé :

Dans cette article, les critiques envers les préfets pour leur rôle dans les difficultés rencontrées par l’OFB sont loin d’être timides. Ils sont pointés du doigt pour leur implication insuffisante dans le pilotage des contrôles environnementaux, ce qui entraîne des lacunes dans la coordination des actions sur le terrain. Olivier Thibault, directeur général de l’OFB, souligne avec véhémence que près d’un tiers des préfets ne sont pas encore impliqués dans leur mission de supervision des contrôles, et que deux tiers n’ont pas communiqué sur les politiques de contrôle au niveau local.

Cette absence d’implication des préfets est décrite comme une véritable difficulté, car elle compromet la légitimité des actions de contrôle menées par l’OFB. En ne partageant pas de manière adéquate les politiques de contrôle et en ne coordonnant pas efficacement les actions sur le terrain, les préfets laissent un vide qui nuit à la cohérence et à l’efficacité des mesures de préservation de l’environnement.

En somme, les critiques à l’égard des préfets mettent en lumière un manque flagrant de leadership et de coordination, ce qui compromet sérieusement la capacité de l’OFB à remplir efficacement ses missions de protection de la biodiversité et de préservation de l’environnement.

publié le mercredi 27 mars 2024

Déclaration liminaire de FO DDTM 50 au CSA du 26/03/2024

Résumé :

Les représentants de Force Ouvrière expriment leur sentiment d’impuissance et de manque de considération de la part de la direction de la DDTM de la Manche, ainsi que leur inquiétude concernant la dégradation de la santé de nombreux collègues.

Mandat et difficultés rencontrées  : Malgré leur élection il y a un an, les représentants de FO rencontrent des obstacles dans l’exercice de leur mandat en raison d’un manque d’informations et de prise en compte de leurs avis. Ils alertent sur la détresse morale et physique croissante des agents, notamment en raison de réorganisations mal préparées et subies, du sentiment d’isolement de certains services, et du manque de communication de la part de la direction.

Revendications et demandes : Les représentants de FO réclament des moyens pour remplir leur mandat, notamment une meilleure transmission des informations, des documents complets pour la préparation des réunions, et un accès facilité au registre SST pour tous les agents. Ils rappellent que leur rôle de représentants du personnel n’est pas secondaire et qu’ils œuvrent pour l’amélioration des conditions de travail et l’intérêt général. Ils demandent un rappel clair à tous les encadrants et agents de la DDTM sur l’importance de leur mission, soulignant que les discriminations liées aux activités syndicales sont interdites. Les représentants FSU se joignent à leur déclaration.

Conclusion et espoirs : Les représentants de FO espèrent que cette déclaration permettra d’améliorer le dialogue social et la qualité du service public, ainsi que la résilience des agents face à un contexte de plus en plus difficile.

publié le mercredi 27 mars 2024